Le cold reading passe par de nombreux outils (non verbal, détection du mensonge, hypnose, observation, statistique, etc.) et se sert d’informations qui peuvent sembler inutiles à première vue, mais qui mises bout en bout peuvent en révéler beaucoup sur une personne. C’est à cela que l’usage de la psychologie est mis en œuvre. Dans cet article, vous allez voir apprendre quels sont les signaux à repérer pour détecter certains troubles comportementaux ou psychologiques.

Les affections psychosomatiques

Ce sont des troubles fonctionnels de longue durée qui peuvent provoquer certains désordres organiques. Ils sont issus d’une problématique conflictuelle non résolue, souvent d’origine affective.

Les symptômes peuvent être des troubles gastroduodénaux (perte de substance de la paroi de l’estomac ou du duodénum) se manifestant par des douleurs ainsi que des crampes. De l’asthme de l’eczéma, du psoriasis, de l’urticaire ou même de l’hypertension artérielle peut survenir.

L’anorexie mentale

C’est un état pathologique amenant le sujet à une restriction alimentaire extrême. Fortes carences alimentaires. Cela peut débuter après un choc émotionnel ou un conflit psychologique. L’anorexie mentale se rencontre essentiellement chez les filles uniques âgées de 14 à 22 ans. Très rare chez les garçons. Certains psychanalystes l’expliquent comme une confusion entre la faim et le désir sexuel.

Les symptômes débutent par une restriction des aliments pour finir sur une restriction de plus en plus sévère. Les nausées ainsi que la constipation servent souvent de prétexte à la non-alimentation. Un amaigrissement important peut se percevoir, le visage est pâle, les joues creuses et la peau sèche. Un arrêt ou une non-apparition des règles, ainsi qu’une constipation est présente. Il peut aussi dénoter une hyperactivité, un surinvestissement intellectuel et scolaire, ainsi qu’une dépendance vis-à-vis de la famille.

La bouffée délirante

La bouffée délirante se manifeste par un délire aigu, riche et polymorphe, dont la résolution est plus ou moins rapide et totale. Elle peut faire suite à un épisode traumatisant comme un deuil, ou un échec.

L’apparition est brutale, le sujet est souvent comme à la dérive, désintéressé de la réalité présente. Les attitudes peuvent être variables, il peut y avoir des états d’extases, de fuites, d’agitations anxieuses et d’attitudes euphoriques. Le délire n’est pas organisé autour d’un thème unique, les thèmes peuvent être la persécution, la possession, le mystique, l’érotique, et l’influence. Hallucinations psychosensorielles et psychiques comme des intuitions et des interprétations peuvent survenir. L’humeur est variable, elle passe d’un état euphorique à un état mélancolique. Dépersonnalisation pouvant s’exprimer par un sentiment de dédoublement, de transformation affectant le corps ou l’esprit. Risques physiques et biologiques se traduisant par un trouble du sommeil très fréquent, de l’anorexie, constipation ainsi qu’une élévation thermique.

La conduite boulimique

C’est une conduite pathologique qui consiste en une suralimentation du sujet sans que le corps n’ait forcément de besoins particuliers. Se rencontre essentiellement chez les jeunes filles et les femmes. Lutte généralement contre une carence affective, narcissique. Le but étant de combler ce vide.

Les symptômes se traduisent par des fringales à répétition, des vomissements et un abus de laxatifs. Préoccupation importante concernant le poids, régime alimentaire à répétition. Crises très souvent nocturnes. Alternance entre anorexie et boulimie assez fréquente. Parfois prise de poids importante. Dans certains cas, il peut y avoir une appétence pour les médicaments.

La conduite alcoolique

Les alcooliques sont des buveurs excessifs dont la dépendance à l’égard de l’alcool est telle qu’ils présentent soit un trouble mental décelable, soit des manifestations affectant leur santé physique et mentale, leur relation avec autrui et leur comportement social et économique, soit des problèmes de ce genre.

Les symptômes sont principalement de nature physiologique. Il existe ainsi des complications aiguës telles que l’ivresse aiguë, qui peut entraîner des troubles de comportement, de l’agressivité, de l’irritabilité, alternance d’euphorie et de dépression, incohérence des propos, crises violentes imprévisibles suivies d’amnésie. La bouffée confuso-onirique comporte des troubles de la conscience et une activité délirante. Le delirium tremens, qui fait suite à un brusque sevrage. Le sujet est dans un état d’agitation extrême, présente des tremblements généralisés, des troubles de l’équilibre, sueurs, fièvres, signe de déshydratation, une confusion mentale, délire onirique avec hallucinations visuelles. Les complications chroniques peuvent être dues au syndrome de Korsakoff, caractérisé par une altération de la mémoire ainsi qu’une amnésie antérograde. Le sujet est désorienté dans l’espace et le temps. Souffrant de nombreux troubles digestifs. Confusions, hypertonie généralisée. Paralysie oculomotrice bilatérale.

La dépression

Comment utiliser la psychologie pour le cold reading

Il existe de nombreuses formes de dépressions, qui sont souvent caractérisées par des troubles de l’humeur, ainsi qu’une tristesse pathologique. La dépression psychogène est liée à un événement récent. Le sujet se pose en victime. Anxiété (boule dans la gorge, vertiges). Inhibition (fatigue, lassitude). Conduites suicidaires fréquentes. Trouble du sommeil, de l’appétit, sexuel. Grande sensibilité face au milieu environnant. Perte de l’estime de soi. La dépression mélancolique pose le sujet en coupable, il se rend responsable du mal qui lui arrive. Antécédents familiaux fréquents. Ralentissement psychomoteur. Humeur triste, le sujet est enfermé dans son monde, douleur morale intense. Conduite suicidaire gravissime. La dépression masquée est un trouble de l’humeur masqué par les manifestations somatiques et des plaintes hypocondriaques.

Il existe des caractéristiques communes à toutes les formes de dépression. Le ralentissement moteur, qui touche généralement la démarche, la mimique ou le débit de parole. Une altération de l’activité psychique (jusqu’à l’inhibition psychique). L’asthénie exprimant la perte de l’élan vital. Humeur dépressive (tristesse incontrôlable, perte d’intérêt, anhédonie dépressive, anesthésie affective, culpabilité autoreproches). Troubles sexuels, trouble de l’appétit, trouble du sommeil fréquent.

La psychopathie

La psychopathie est un trouble de la personnalité, qui se traduit surtout par des difficultés d’adaptation aux normes sociales et aux lois de la vie en société. Elle est aussi caractérisée par un manque d’empathie, des émotions peu profondes, des mensonges et des manipulations, l’impulsivité, l’irresponsabilité, le manque de remords. La psychopathie s’observe souvent chez le sexe masculin et dans les milieux sociofamiliaux désorganisés.

Les symptômes sont instabilité, impulsivité, inadaptation. Le sujet est souvent séduisant et beau parleur. Les personnalités à tendance psychopathes peuvent passer par plusieurs phases. Dans l’enfance on retrouve des alternances d’apathie et de surexcitation, des colères violentes, un manque d’assiduité en cours. À l’adolescence, présence de conflits répétés avec l’autorité (parent, professeur, police), instabilité scolaire. Fréquentation de groupes marginaux, délits (vols de voiture, cambriolages, agressions), fugues, tentatives de suicide, excès éthyliques, expériences toxicomaniaques. À l’âge adulte, l’instabilité persiste (changement de métier, de patron). Parfois, recours à la délinquance pour vivre, vit aux dépens d’autrui. Égocentrisme et instabilité affective.

La névrose d’angoisse

Les accidents névrotiques sont constitués par les manifestations d’une angoisse permanente où le sujet est dans l’attente d’un danger. Les symptômes sont ce qu’on appelle les crises d’angoisses. Les symptômes sont répartis en quatre catégories : respiratoires (toux, hoquet, bâillements), cardio-vasculaires (palpitation, tachycardie, arythmie, douleur évoquant une crise d’angine de poitrine (douleurs précordiales)), digestifs (boule œsophagienne, nausées, vomissements, diarrhées, spasmes gastriques ou intestinaux), divers (tremblements, démangeaisons, sueurs, céphalées, vertiges, trouble du sommeil).

Apprendre le cold reading

Vous venez de découvrir certains troubles psychologiques et comportementaux qui restent décelables en connaissant les symptômes. Il en existe cependant de nombreux autres. Nous ne pouvons pas tous les évoquer sur cette page. Pour pouvoir être un bon cold reader, vous devrez apprendre par vos propres moyens. Nous posons cependant une bonne base qui vous permettra de connaitre certains troubles importants.

Vous pouvez également découvrir