L’analyse de contenu sur la base de critères (CBCA) est une méthode d’analyse verbale qui permet de déceler les mensonges et par conséquent, d’évaluer la sincérité d’un discours.

La méthode CBCA

Cette méthode a été mise au point initialement afin d’analyser les allégations d’enfants ayant subi des abus sexuels. Le principe de cette méthode consiste à analyser les retranscriptions écrites des témoignages et de les classer selon 19 critères.

À chacun de ses critères, une note est attribuée en fonction de l’échelle de notation choisie. Il existe trois échelles de notation : en deux points, trois-points ou en cinq points. Ces échelles consistent à attribuer des notes.

Pour l’échelle en deux points :

  • 0 point : Ce critère n’est pas présent dans le discours
  • 1 point : Ce critère est présent dans le discours

Pour l’échelle en trois points :

  • 0 point : Ce critère n’est pas présent dans le discours
  • 1 point : Ce critère est présent dans le discours
  • 2 points : Ce critère est fortement présent dans le discours

Pour l’échelle en cinq points :

  • 0 point : Ce critère n’est pas présent dans le discours
  • 1 point : Ce critère est peu présent dans le discours
  • 2 points : Ce critère est présent dans le discours
  • 3 points : Ce critère est très présent dans le discours
  • 4 points : Ce critère est fortement présent dans le discours

Il est à noter que certains experts préconisent d’effectuer une analyse de la fréquence d’utilisation de chaque critère.

Selon les recherches de Aldert Vrij, docteur en psychologie sociale appliquée, la méthode CBCA permet d’obtenir un taux moyen de détection de mensonges de 70%. Il reste donc une marge d’erreur de 30%. Il est apparu que certains critères semblent plus efficaces que d’autres afin de déceler la vérité.

Afin d’augmenter les probabilités de découverte d’un mensonge, il faut donc combiner la méthode CBCA à celle de la lecture non verbale.

Les 19 critères de la méthode CBCA

Cette méthode doit être utilisée dans le cas de l’étude de la véracité d’un dialogue dans le cadre d’une agression sexuelle ou physique, mais peut-être déclinée afin de déceler un mensonge lorsqu’une personne raconte un évènement spécifique fort. Les critères de la méthode Criteria-Based Content Analysis sont classés en 5 catégories.

Caractéristiques générales

  1. La structure logique et la cohérence : Ce qui est dit doit avoir une cohérence et ne doit pas avoir de contradiction
  2. Discours non structuré avec digression spontanée : Ce qui est dit ne respecte pas la chronologie des évènements
  3. Le nombre de détails : Le dialogue doit être détaillé, spécialement en ce qui concerne l’aspect temporel, les lieux, personnes et évènements impliqués

Contenus spécifiques

  1. L’imbrication des évènements dans l’espace et dans le temps : Le dialogue doit imbriquer les évènements au sein des activités de la personne ainsi que de ses habitudes
  2. La description des interactions : Le dialogue de la personne doit impliquer la description des interactions entre celle-ci et l’évènement
  3. Reproduction de la conversation : Dans le cas d’un évènement entre deux personnes, le dialogue doit inclure la description originale (telle qu’il s’est passée) des dialogues entre ceux-ci
  4. Complications inattendues et interactions : Le dialogue doit inclure un évènement inattendu ou un obstacle rencontré

Particularités du contenu

  1. Détails inhabituels : Le dialogue doit contenir des détails spécifiques concernant l’évènement qui s’est produit, les personnes, les objets ou les lieux (motif spécifique sur les ongles, barbe de trois jours, chaussée mouillée, etc.)
  2. Détails superflus ou périphériques : Le dialogue doit contenir des détails en lien avec l’évènement, mais non essentiels au discours
  3. Détails mal compris rapportés avec précision : Le dialogue comprend des détails précis, mais mal interprétés par la personne qui raconte (crier de joie à la place de crier de douleur, etc.)
  4. Références à d’autres évènements spécifiques : Le dialogue doit contenir des détails qui font référence à autre chose en lien avec l’évènement
  5. Référence à ses sentiments ou ses pensées pendant l’évènement : Le dialogue doit contenir des informations concernant les pensées ou sentiments de la personne pendant l’évènement raconté
  6. Attribution de pensées, sentiments ou motivations : Le dialogue doit comporter une tentative d’explication de l’évènement en essayant de décrire les pensées, sentiments ou motivations de la personne qui a engendré cet évènement.

Contenus liés aux motivations

  1. Correction spontanée ou ajout de précisions : La personne qui raconte doit effectuer d’elle-même des corrections spontanées sur ce qui est dit, ou ajouter des détails oubliés
  2. Reconnaitre les manques de souvenirs : La personne qui raconte doit admettre d’elle-même qu’elle a oublié certains évènements (je ne m’en souviens pas, je ne m’en souviens plus, je ne sais plus, etc.)
  3.  Avoir des doutes sur son propre discours : La personne qui raconte doit douter de certaines informations qu’il donne
  4. Autodénigrement : Le dialogue doit contenir une certaine part d’autodénigrement, la personne doit s’accuser de certains faits qui se sont produits (c’est ma faute…)
  5. Indulgence : La personne doit trouver des excuses à ce qu’il s’est passé et essayer d’être indulgente à propos des évènements

Éléments spécifiques

  1. Détails spécifiques : Le dialogue contient des détails spécifiques qui ne sont malheureusement reconnaissables que par les professionnels.

Afin de savoir si la personne dont le dialogue est étudié ment, il faut tenter de noter au mieux chacun des critères. Selon le type de notation choisi, il faut faire un barème puis évaluer la notation. Dans certains cas, le barème peut être différent, car certains critères sont non pertinents pour l’analyse.

Vous l’aurez certainement compris, cette méthode ne peut être utilisée qu’en cas d’analyse d’un discours écrit, puisqu’elle nécessite d’analyser chaque point du discours afin de le noter. Vous pouvez cependant vous entrainer à le faire en même temps qu’une personne vous raconte son discours, mais pour cela vous aurez besoin d’une feuille et d’un stylo afin de noter au fur et à mesure.

N’oubliez pas de prendre en compte la fréquence d’apparition de chaque critère afin de déceler de façon précise un mensonge d’une vérité.

Références :

  • Psychotémoins
  • Statement Validity Assessment (Vrij)
  • Child Sexual Abuse: Issues and Challenges

Vous pouvez également découvrir