De nombreux aspects du langage non verbal font partie intégrante de la réussite dans le monde du travail. De la façon d’interagir avec vos collègues jusqu’à la façon dont vous vous comportez avec vos clients. Le langage corporel est un des outils de communication les plus puissants et influents dont vous disposez. Il est ainsi essentiel d’apprendre à vous servir convenablement de votre langage non verbal pour pouvoir mettre toutes les chances de votre côté et ainsi, réussir dans le monde du travail.

Le langage non verbal dans les réunions d’affaires

Si vous êtes dans le monde des affaires, vous devez passer un certain temps en réunion, qu’il s’agisse de réunions de personnel, de vente, de planification, de projet, etc.

Peu importe le type de réunion, la qualité de la communication est importante à vôtre participation. C’est pourquoi il est très important de faire attention à votre langage corporel dans le cadre de vos activités de communication.

Votre langage corporel a une puissante influence sur la façon dont vous êtes perçu avant, pendant, et après une réunion. Voici quelques-unes des façons dont votre langage corporel affecte la communication lors de réunions.

  • Où vous vous asseyez
  • À côté de qui vous êtes assis
  • À côté de qui vous ne vous asseyez pas
  • Comment vous asseyez-vous
  • Ce que vous faites avec vos mains
  • Ce que vous faites avec vos bras
  • Ce que vous faites avec vos jambes
  • Contact des yeux
  • L’ensemble de votre position corporelle

Beaucoup de gens sont surpris de voir le nombre de choses qui se trouvent sur cette liste et pensent que ce ne sont que des détails sans importance. Les recherches effectuées dans ce domaine montrent cependant que le langage du corps prend une place importante dans la communication ainsi que dans les meetings.

Disposition des sièges

Commençons par quelque chose de très simple qui est la disposition des sièges. Le choix de la place que vous allez occuper est important, que ce soit l’endroit où vous vous situez par rapport aux autres ou l’emplacement que vous avez à la table.
Par exemple, la personne qui se trouve en tête de table est généralement perçue comme le leader, donc si votre supérieur prend habituellement cet emplacement, ce n’est probablement pas une bonne idée de vous asseoir à cet endroit.

Si votre chef s’assoit en tête de table, alors il y a une formation hiérarchique qui se met en place par rapport à la position des places. Ainsi, les personnes les plus importantes seront celles qui sont les plus proches du chef. Si vous êtes dans ce cas de figure et que le choix de votre place vous appartient, n’hésitez pas à vous mettre le plus près possible de votre supérieur, de cette façon vous serez perçu comme plus puissant et crédible.

Certains leaders font le choix délibéré de ne pas s’asseoir en tête de table pour créer une atmosphère plus détendue, mais en général les places les plus proches du chef sont toujours perçues comme étant les plus puissantes.

Qu’en est-il des autres personnes ?

Il y a toujours une personne avec qui vous êtes constamment en désaccord, ou une autre qui parle sans cesse et vous agace. Comment devez-vous gérer la disposition des chaises dans ces situations-là ?

Quand vous êtes constamment en désaccord avec une personne, ou que vous vous sentez agacé, il faut prendre une place qui n’est pas directement en face de cette personne. En effet, se placer en face de la personne enverra un message négatif de votre part et vous serez perçu par les autres comme étant une personne agressive. Au lieu de cela, essayez de vous asseoir à la diagonale de cette personne, ou même juste à côté. Faites cela à plusieurs réunions et vous pourrez constater quelques changements dans le ton et la nature de vos interactions avec cette personne.

Posture et position du corps dans les réunions

Lors de votre prochaine réunion, n’hésitez pas à observer autour de vous les différentes postures et positions du corps des autres et à en prendre note. Si vous faites cela, vous aurez même une chance de pouvoir « lire » dans leurs pensées, différentes informations, comme leurs niveaux d’intérêt, leurs accords/désaccords avec le sujet, etc. Il faut aussi garder à l’esprit que ce qui est valable pour eux est aussi valable pour vous. De cette manière, les autres seront aussi capables de « connaître » vos pensées.

Quelles doivent être votre posture et votre position corporelle ?

En général, vous devez vous tenir droit, mais pas raide. Vous ne devez pas avoir le dos voûté, mais vous ne devez pas avoir l’air d’un militaire. Restez détendu et n’hésitez pas à vous pencher légèrement en avant ce qui aura pour effet de montrer que vous écoutez ce qui est dit et que vous vous y intéressez. Évitez d’avoir vos bras vautrés sur la table.

Vous pouvez garder vos bras sur la table à condition de ne pas vous pencher dessus. Vous devez garder une position ouverte. Si vous avez des documents ou des objets sur la table en face de vous, évitez à tout prix de jouer avec. Enfin, vous devez contrôler les gestes de vos bras et de vos mains lorsque vous parlez. Évitez de monter vos mains plus hautes que votre menton.

Si vous n’êtes pas sûr de l’image que vous donnez de vous lors des réunions, essayez de recruter un collègue de confiance pour lui demander de vous observer et vous faire un compte rendu.

Vous pouvez également découvrir